Extrait :

"La pierre a frappé l'arcade, qui éclate comme un fruit mûr.
Elle hurle : je n'y vois plus, je n'y vois plus. Quelqu'un a jeté une pierre. Quelqu'un lui a jeté une pierre.
Comme on fait aux chiens là-bas, dans ce bord de mer qui n'est pas vraiment une plage.
Sable, cailloux, et, là où l'oued asséché s'est perdu, quelques rares herbes que des chèvres viennent brouter.
Un lieu de passage vers la vraie plage, qui est quelque part derrière la falaise.
Celle où l'on vient en famille le dimanche et où la mer déferle en gros rouleaux.
L'homme allongé près d'elle se lève d'un bond et crie dans sa langue.
Des insultes sans doute.
Il essaie de nettoyer la plaie à l'eau de mer. Elle hurle, se débat.
Il ne sait pas que ça brûle l'eau de mer, qu'il ne faut pas?
    Le sang, les cris, la douleur.
    Puis plus rien."

Anamrhart ou Recommencer