Extrait :
 
"C'est lui qui parle en premier. Elle répond.


- On a loupé la marée.Regarde. On ne peut plus passer.On voit à peine la crête des rochers.

- C'est comme s'il n'y avait pas eu de marée.

- Peut-être qu'il n'y en a pas eu.


 

Île-variations

- Peut-être qu'il n'y aura plus de marée. Qu'on restera là. Debout. Les deux pieds fichés dans l'instant. Sans bouger.

Ni nous, ni l'instant. Ça n'a pas bougé. On est... C'est comme dans l'histoire du château. Les arbres et les fleurs.

La petite fille protégée. Ça ne bouge pas. Le temps ne passe pas. Il fait grand soleil toujours. Il est midi. Le soleil me prend  le visage dans sa main jaune. C'est beau, midi, dans le parc du château. Ça prend tout le corps. Ça l'enveloppe. Le corps ne bouge plus. Le corps est pris dans ce bonheur.

- On n'a même pas une petite barque pour traverser."